Carnet de Louis Favreau
Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC)
Texte paru en 2004 dans l’ouvrage de Fall, Favreau et Larose aux Presses de l’Université du Québec

Qu’est-ce que l’économie informelle, l’économie populaire et l’économie sociale et solidaire ? Quelques paramètres de base

2004 par Louis Favreau

L’économie informelle et l’économie populaire

Globalement, l’économie informelle s’inscrit dans le contexte d’une tendance lourde apparue dans les trois dernières décennies dans les pays du Sud, une urbanisation sans industrialisation. Une population urbaine flottante de travailleurs, laquelle représente plus ou moins 50% à 80% de la population active selon les pays, vit de petits boulots ou d’un travail précaire dans le cadre de cette économie dite informelle.

De la plupart des études réalisées sur cette économie, l’économie informelle peut se définir de la façon suivante : 1) une économie de survie car il n’y a pas ou peu d’accumulation ; 2) une économie de la débrouille où des millions de gens s’organisent en marge de toute aide et réglementation de l’État ; 3) une économie qui privilégie des stratégies d’embauche au sein des groupes familiaux ; 4) une économie où les moyens de financement sont faibles (Bairoch, 1997). Cette notion a fait son apparition au Bureau international du Travail en 1972 à la suite d’une étude sur l’emploi au Kenya.

Dans l’économie informelle, il y a de tout. Il s’agit aussi bien d’activités comme celle du cireur de chaussures, du vendeur ambulant, du travailleur indépendant d’un petit atelier de réparation automobile, ou d’activités de prostitution ou du trafic de drogue. Si on retire de ces activités, les activités économiques plus ou moins criminalisées, cette notion n’en demeure pas moins fortement connotée parce qu’utilisée sous le mode comparatif avec l’économie formelle, d’où la caractérisation courante par la négative : en marge de la loi, disposant de peu d’accumulation, n’offrant pas de protection sociale, transitoire….

Depuis une décennie, la notion d’économie populaire tend à se substituer à celle d’économie informelle. Pourquoi ? Certains parlaient d’elle comme d’une économie ultralibérale, de l’esprit d’entreprise, présumément universel, qui aurait investi les milieux populaires bloqués dans leur capacité d’initiative par les réglementations désuètes des pouvoirs publics (Desoto, 1984). D’autres parlent d’un secteur socialement utile comme palliatif à la pauvreté extrême, comme l’évalue le FMI. Dans un cas comme dans l’autre, le point de vue des acteurs a été ignoré. Or, un certain nombre d’études plus récentes révèlent, sous cet angle, qu’il s’agit plutôt d’acteurs mettant en oeuvre des stratégies de subsistance de même que des réseaux sociaux misant sur le facteur travail et la coopération entre pairs plutôt que sur le facteur capital et l’esprit d’entreprise inscrit dans une logique marchande (Favreau et Fréchette, 2002 ; Fonteneau, Nyssens et Fall, 1999 ; Larrachea et Nyssens, 1994 ; Ortiz, 1994 ; Enda Tiers-monde, 1991 ; Razeto, 1990). Cette notion d’économie populaire, par nombre de ses activités et formes d’organisation, rend possible le rapprochement avec l’économie sociale et solidaire, tout particulièrement les organisations économiques populaires et les micro-entreprises familiales.

Économie populaire
Org. écon. populaires Micro-entreprises familiales Initiatives individuelles
Niveau de croissance Ateliers autogérés Ateliers productifs Chauffeurs de taxi
Niveau de subsistance Groupes d’achat Petits magasins Petites réparations
Niveau de survie Cuisines collectives Récolte des déchets Vendeurs de rue

L’économie populaire : creuset pour une économie sociale ?
L’économie populaire peut-elle être le creuset d’une économie sociale et solidaire ? L’économie populaire peut, si elle est en croissance, devenir une entreprise du secteur privé. Mais elle peut aussi devenir une entreprise d’économie sociale (une coopérative, une mutuelle…). Car, à certaines conditions, elle participe d’une stratégie d’organisation collective en s’inscrivant dans la construction de systèmes locaux d’échanges et dans une plus grande coopération entre pairs au niveau du travail. Par exemple, lorsqu’elle reçoit l’appui de mouvements sociaux locaux ou d’ONG qui lui font connaître ce mode d’organisation et qui l’accompagne au plan de la capitalisation, de la mise en marché…

L’économie populaire est donc aujourd’hui de plus en plus examinée dans sa relation avec cette famille de dynamiques socio-économiques (économie sociale et solidaire ; développement des communautés) et de dynamiques socio-politiques (gouvernance locale et démocratie participative), ce qui, jusqu’à maintenant, avait peu été fait parce que les théories dominantes de développement présentes dans les grandes institutions internationales et dans les milieux académiques ont longtemps sous-estimé les facteurs suivants :

  1. les activités économiques non régies par la recherche du profit ;
  2. l’importance de l’économie locale et son ancrage territorial ;
  3. l’importance de l’encastrement social de l’économie ;
  4. l’importance des échelles complémentaires de développement économique et de gouvernance de ce développement (locale, régionale, nationale et internationale) ;
  5. le rapport entre la démocratie et l’économie.

Cette « autre économie », dans la plupart des sociétés du Sud, constitue aujourd’hui le mode prévalant d’ascension économique pour plusieurs groupes. Cette « économie de la débrouille », caractérisée principalement par l’auto emploi, la création d’entreprises familiales, la forte présence sur le marché des biens et services liés à la vie quotidienne a également pris encore plus de vigueur avec la recrudescence des migrations internationales, d’où le questionnement actuel sur le rôle des diasporas à l’égard de leurs pays d’origine. Autrement dit, contrairement à l’idée fortement répandue, les ONG ne sont pas les seuls acteurs collectifs du développement en contexte de précarité. Sur le registre du premier développement, celui des échanges locaux qui sont la plupart du temps en dehors –voire exclus- des régulations classiques des États et des pratiques de commerce internationales de l’OMC, on retrouve trois acteurs majeurs :

a) d’abord les entrepreneurs populaires, ces dizaines de milliers de petites entreprises familiales qui forment 50, 60, 70 et même 80% de l’économie des pays du Sud, chaînon premier de ce redéploiement par le bas du développement.
b) Ensuite les entrepreneurs nomades, ces migrants transnationaux qui font transiter toutes sortes de marchandises du Nord au Sud et du Sud au Nord.
c) Enfin les diasporas devenues, un peu malgré elles, des agents de développement en y exerçant non seulement une fonction sociale que les États ne remplissent pas ou plus (sécurité sociale…) mais aussi une fonction économique (développement de leur village natal…).

Avec ces acteurs économiques nouveaux, le défi du développement devient alors le suivant : comment faire en sorte que ces activités économiques populaires deviennent de véritables alternatives socioéconomiques et des parties prenantes d’un développement intégré de leur pays et de l’autre mondialisation ? Les acquis de l’économie sociale tels qu’ils ont été initiés par le mouvement ouvrier des pays du Nord, puis par un ensemble de mouvements sociaux peuvent ici devenir précieux car toutes ces expériences à l’origine sont des initiatives économiques populaires.

L’économie sociale et solidaire (ÉSS)

Qu’est-ce que l’économie sociale et solidaire ? Pour démêler les choses dans une perspective Nord-Sud, il faut d’abord remonter loin dans le temps (150 à 200 ans) :

  1. L’ÉSS s’inscrit dans le sillage de mouvements sociaux, le mouvement ouvrier au 19e siècle, les nouveaux mouvements sociaux au 20e siècle (mouvement associatif, mouvement écologique, mouvement des femmes). Les initiatives de l’ÉSS sont pour la plupart, du moins à l’origine, des organisations économiques populaires liées à ces mouvements.
  2. L’ÉSS fait partie de l’histoire des classes populaires et moyennes qui s’investissent -ou plutôt s’aventurent sur le terrain de l’économie -dans le développement d’entreprises beaucoup par la force des choses mais aussi par aspiration à plus de justice sociale et de démocratie.
  3. L’ÉSS a une éthique sociale forte héritée des mouvements sociaux de leur époque qui est inscrite directement, non seulement dans sa mission, mais dans son fonctionnement et ses règles (Demoustier, 2001).

La nouvelle économie sociale (NÉS)

Qu’il s’agisse des « entreprises communautaires » au Royaume-Uni et au Canada, des « sociétés d’emploi et de qualification » en Allemagne, des « entreprises de formation par le travail » en Belgique, des « régies de quartier » françaises ou des « coopératives sociales » en Italie, en Suède au Royaume-Uni ou des « entreprises d’insertion » au Québec pour ne nommer que celles-là, les expériences récentes de l’économie sociale au Nord sont le produit d’une rencontre de l’association et de la coopération. Cette nouvelle économie sociale (dite aussi pour certains économie solidaire) est plus ou moins proche, selon les cas, des composantes historiques de l’économie sociale (Defourny et Develtere, 1999) parce qu’elle dispose avec celles-ci, pour l’essentiel, de caractéristiques qui leur sont communes. Générations nouvelles ou plus anciennes se rejoignent de la façon suivante. Ce sont des entreprises fondées sur les principes suivants :
a) des finalités qui ne sont pas de servir les intérêts de détenteurs de capitaux mais de remplir des fonctions sociales, au sens où l’activité vise à assurer conjointement et explicitement viabilité économique et utilité sociale ;
b) des acteurs qui s’associent pour créer des entreprises qui répondent aux besoins de base d’un groupe ou d’une collectivité locale très souvent en position de précarité par rapport au développement économique dominant (DED) ;
c) des structures et des règles orientées vers la participation démocratique et dont la répartition du pouvoir ne se fait pas en fonction du capital détenu ;
d) des activités collectives de caractère entrepreneurial au sens où la production de biens ou de services se développe sur les marchés (privé ou public) à partir d’un travail de coopération entre associés d’une même entreprise.

Nous avons donc alors : 1) des entreprises qui, au départ comme à l’arrivée, sont des regroupements de personnes avant que d’être des regroupements de capitaux ; 2) des entreprises et des organisations dont la propriété est collective, propriété des usagers et/ou des salariés ; 3) des entreprises caractérisées par un fonctionnement démocratique inscrit dans un statut juridique d’association, de coopérative ou de mutuelle (ou dans des dynamiques associatives, coopératives ou d’entraide plus ou moins informelles) ; 4) des entreprises dans lesquelles le patrimoine est collectif, les surplus, profits et ristournes étant de caractère inaliénable ; 5) des entreprises dans lesquelles on retrouve une catégorie nouvelle d’acteurs, des gens issus de milieux qui n’ont généralement pas baigné dans le monde de l’entreprise ni dans un environnement favorable à leur participation directe sur ce terrain.

Le sens premier et fondamental attribué à l’économie sociale aujourd’hui peut se résumer dans l’heureuse formule de l’économiste Danièle Demoustier (2001) : s’associer pour entreprendre autrement. À partir de cela, plusieurs variantes de cette définition de base sont possibles les unes insistant plus sur la dynamique organisationnelle et sur le modèle coopératif, d’autres sur la dimension politique et de transformation sociale, d’autres encore sur sa contribution économique et socio-institutionnelle ou sur sa contribution socioéconomique au développement.

Je m’étais heurté à cette question de l’économie populaire et de ce qui la caractérise dans le cadre de débats sur l’économie et l’éthique à l’UNESCO à Paris en 2003. J.-L. Laville avec sa notion d’« économie solidaire » l’intégrait complètement dans son univers. C’était encore une fois tenter, à mon avis, de coloniser le Sud avec un concept défini de façon très franco-française. L’« économie solidaire » manière latino-américaine, c’est autre chose. Voir le cahier de recherche de la CRDC à ce propos dont l’intitulé est « L’économie sociale et solidaire, contribution éthique au développement d’une mondialisation à visage humain ». RR.7, UQO, 107 pages. Odile Castel dans son ouvrage de 2002 est plus près de la réalité en parlant d’une « économie populaire solidaire ». (Note de carnet, janvier 2009).


Accueil | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Entreprises collectives et développement   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License